BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944
Bienvenue sur ce forum

Welcome on this forum

Willkommen in diesem Forum

Benvenuti in questo forum
BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944

Occupation libération Patrimoine militaire fortifié Archéologie urbaine Images d'hier et d'aujourd'hui Témoignages


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944 » BORDEAUX, LA VIE QUOTIDIENNE EN TEMPS DE GUERRE » LIVRET 10/11 : EPHEMERIDES DE QUATRE ANNEES DE GUERRE » Les évènements de 1942 » 5 avril 1942, tentative de débarquement ratée sur la cote Basque

5 avril 1942, tentative de débarquement ratée sur la cote Basque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Eric L


Présentation par Francis Sallaberry:

L’OPERATION MYRMIDON
Pour le mois de mars 1942, le Grand Quartier Général britannique avait programmé deux raids importants sur les côtes d’Aquitaine: l’un sur Saint-Nazaire, codé,Chariot, l’autre
sur Bayonne/Saint Jean de Luz, codé Myrmidon.Le plan initial de Myrmidon, très ambitieux, prévoyait le débarquement de trois Commandos, deux bataillons de Royal Marines, deux escadrons de chars Valentine, deux sections d’obusiers de 94 millimètres, vingt-quatre camions: au total, trois mille hommes, qui devaient annihiler toute force ennemie présente entre Adour et Bidassoa. Après attaque et destruction des batteries côtières défendant Bayonne et Saint Jean de Luz, les soldats anglais devaient s’en prendre aux installations portuaires de l’Adour, à la poudrière de Blanpignon, aux usines Bréguet, à l’aérodrome de Parme, aux forces ennemies se trouvant à. Biarritz et Hendaye. Au total, les opérations à terre devaient durer 17 heures.
Ce plan fut revu nettement à la baisse et, le 25 mars 1942, Winston Churchhill donna son accord au plan Myrmidon 2 ainsi défini: débarquement de mille hommes.à l’embouchure de l’Adour, envoi par le fond des bateaux se trouvant à l’amarrage sur les quais du fleuve,puis bombardement naval des bateaux allemands se trouvant dans la baie de Saint-Jean de Luz.
...
Francis Sallaberry


L'opération de débarquement a échoué la mer étant trop forte.
De toutes les barges engagées une seule a pu passé la barre, la grande digue nord n'existait pas et son franchissement était des plus périlleux.
Cette barge s'est échoué sur la rive gauche de l'Adour ;ses occupants ont du attendre que la marée remonte pour pouvoir repartir.
Leur départ a alerté les sentinelles postées sur la rive opposée qui sonnèrent le branle bas de combat.Les batteries de Tarnos (et d'Anglet selon les versions) tirèrent plusieurs salves sans atteindre leur cibles,les navires Anglais de commandement ayant étés repérés depuis le la tour de guet faite de bois à cette époque . La batterie de Ciboure se joint à la danse.
En repartant l'armada bombarde les batteries de Ciboure causant finalement peu de dégâts.


Les forces débarquées à Bayonne devaient détruire les défenses du port de Bayonne, l'aciérie des Forges de l'Adour, la poudrière de Blampignon, la forme de radoub d'Anglet et enfin neutraliser la garnison.


Les deux navires de débarquement l:
Le HSM Queen Emma :

Les barges de débarquement visibles sur la photo ne sont pas du type utilisé lors de Myrmidon,leur conception était différente,plus sensibles au roulis et au gite ,moins hautes elles  prenaient l'eau plus facilement.

Le HSM Princess Bertrix :


Ils étaient accompagnés de 5 autres destoyers:
Le HSM Albrighton:


Le HSM Badsworth :


Le HSM Wheatland:

Le HSM Calpe:


Type de barges utilisé lors de l'opération:



Si Myrmidon a bien été un échec ou un demi échec car cela a permis de stresser et harceler l'ennemi(avec le débarquement sur Dièpe le 19 Aout 42 et l'opération Chariot sur le port de Saint-Nazaire),le pousser à consolider ses fortifications le long du littoral en détournant son attention du réel endroit du débarquement.A analyser ses facultés de réaction face à une attaque par la mer(l'alerte générale à été tardive et cela s'est confirmé le 6 Juin 44).A parfaire les méthodes et matériel de débarquement (En Juin 44 le temps était exécrable et personne n'a fait demi tour).

Un fait troublant :
Lors d'une de mes nombreuses balade sur le port de Bayonne vers son embouchure je découvais un graffiti daté du 4 avril 1942:




On peut tout imaginer :
Un des acteurs de Myrmidon revenu sur les lieux quelques années après.Il aurait oublié la date...
Un graffiti Allemand.

Eric



Dernière édition par Eric L le Sam 3 Jan 2015 - 11:57, édité 2 fois

Erwan


Admin
Admin
Intéréssant tout ça ! Où as tu trouvé le nom des navires ayant participé au raid ??
Les archives de Londres sont très pauvres sur le sujet !! A mon grand regret de ne pas avoir trouvé qq chose sur place ! ou alors, je suis passé à côté !!!

Voici le rapport allemand de l'opération obtenu grâce à l'équipe de ce forumqui oeuvre dans archives de Freiburg !


_________________
     Bordeaux - Aquitaine 1940 - 1944, Une région en guerre     
http://bordeaux3945.forumaquitaine.com

Eric L


J''ai trouvé les nom des bateaux sur le Web et dans Aquitaine allemande de Francis Sallaberry.



Dernière édition par Eric L le Sam 3 Jan 2015 - 11:51, édité 2 fois

Eric L


Merci pour le rapport allemand.

En complément :

La barge échouée ,qui finalement repris la mer avec ses occupants à l'aube a été abandonnée.Les fantassins ont regagné le bord par les filets de débarquement ,ils n'ont pas pris le temps de hisser la barge sur son bossoir.L'alerte étant donnée il fallait faire vite pour réembarquer .. Elle sera récupérée par le dragueur de mines M4206 de la Kriegsmarine(Chalutier PICORRE (LR 2424) appartenant aux S.A.Chalutiers de la Rochelle. Armé en 1939 par la Marine National en arraisonneurs-dragueurs. Saisi par les Allemands et versé à la 42.
Minensuchflottille.) aux environs de Saint Jean de Luz après avoir dérivé plusieurs jours.Elle sera "analysée" et démontée.

Eric L


Bonjour,

J'ai bossé un peu Myrmidon et obtenu quelques infos ...

Objectifs et effectif de chaque barge de débarquement :

Ce sont les commandos N°1 et 6 qui participèrent a l'opération Myrmidon.



Rive droite de l'Adour:


MLC 7 Capitaine Brentford avec 126 Commnados : 4 X 164MM sur rail 1X75mm

ALC 1 Capitaine Davies avec 31 Commandos :



MLC 8 Lt Colonel Glendinning , Capitaine Trevor, Capitaine Cravev avec 86 Commandos : 2 X 76,2mm (Russe) : Pc allemand et tour de commandement


MLC 15 Capitaine Mayne avec116 Commandos ,3 medecins :Acièrie "Les forges de Boucau" ,grues Quai et système ferroviaire au Boucau.



ALC 9 Lt Mackensie avec32 Commandos : Usine chimique "Saint Gobain" ses quai et grues de manutention
ALC 10 Capitaine Coade avec 36 Commandos : Boucau Quai et grue "
ALC 12 Lt Winser avec Commandos : Boucau quai et grues à "La brèche"




Rive gauche de l'Adour


ALC 3 Capitaine Woodock avec 51 Commandos |

ALC 4 CapitaineWoodock avec 52 Commandos |
DCA et 6 X75 mm
ALC 5 Capitaine Morgan avec32 Commandos |
ALC 6 Capitaine Morgan (Pas d'insfo sur l'effectif)|



MLC 16 Capitaine Worrall avec125 Commandos : Poudrerie de Blancpignon ,usine de gaz et electrique



ALC 11 Capitaine Davies avec 38 Commandos : Usine Breguet Latécoère de Hardoy et base navale kriegsmarine

Dispositif d'approche et d'assaut :



Les différentes cibles , mosaïque de photos prise en 1962,les lieux n'ont pratiquement pas changé depuis 1945:
La légende est anglais c'est une image que j'ai posté sur un forum anglais...



Le LSC13 a pu remonté l'Adour jusqu' au "Brise lame" ,repéré sur la vue aérienne " Myrmidon stop here"

L'embouchure de l'Adour telle qu'elle était en 1942 :



Adour Rive droite:

Cible MLC 7 at ALC 1: Les 4 X 164 sur rail et 1 X 75mm (pas de photo des 75mm):


un des 164 mm avec l'Adour en arrière.

MLC 8 :

Tour de direction de tir ,Pc de commandement ,casernement :

Le PDT "Barbara" n'existait pas en 1942 c'était cette tour de bois.


MLC 15 :
Aciérie "les forges de Boucau"


ALC 9 :
Usine chimique "Saint Gobain" au Boucau:


ALC10 ALC12:


Rive gauche de l'Adour :

ALC3,ALC4,ALC5,ALC6


MLC16 :
Poudrerie de Blancpignon (en ruine sur la photo)


ALC11:



Opération qui devait commencer à 00H00 et durer jusqu'à 05H00 débuta avec une heure de retard.
Les barges furent mises à l'eau et se dirigèrent vers le port en trois formations avec en tête de convoi les deux barges logistique et de commandement.
à leur bord le Lt Colonel Trevor ,le Major Miles ,le lt Colonel Pierre de Chevigné ainsi que le pilote principal Officier des équipage Le Tourneur.
Ceux sont barges du Colonel Chevigné et du Comandeur de la Royal Navy qui réussirent a remonter l'Adour jusqu'au "Brise lame" sans alerter l'ennemi.

C'est entre temps que l'état de la mer change avec la levée d'un fort vent(Surement lors de l'inversion de marée) qui engendra une forte houle qui bouscula fortement les barges à fond plat.
Le commandeur de la Royal Navy décide donc de stopper l'opération et ordonne le demi tour.

Le naufrage du MLC7:
Un témoignage de G.C.Sneezum dit :
" Nous nous sommes échoué avec la barge de débarquement sur les roches de la jetée nord.
Nous y sommes resté jusqu'à l'aube quand deux gros canons ont tiré sur nous; ils ont pas pu nous atteindre car nous étions trop bas sur l'eau .
4 canons plus petits d'Anglet ont tiré aussi sur nous mais ils ont été immédiatement contré par un destroyer.
Puis les canons allemands ont lancé des fusées éclairantes et un tir antiaérien ce qui nous a permis d'avoir une vue inoubliable sur la cote"

Pendant le déroulement de l'opération une manœuvre de diversion fut mise en place(tirs des navires Calpe et Badswhorth) , elle consistait a un bombardement des positions entre Bidart et Socoa en insistant plus particulièrement sur les 240mm sur rails à Erromardie.
Si diversion fut efficace elle ne causa pas de dégâts sur les installations allemande un obus tomba sur l'école de Bidart et un autre dans un jardin privatif.

Note du Général De Gaule réquisitionnant des officiers pour opération Myrmidon :


Tract que possédaient tous les hommes; a donner au civils rencontrés :



En plus de ces tracts les hommes avaient dans leur paquetage des tickets de rationnement ,des cartes et plans pour passer la frontière et se rendre en Espagne au cas ou ils ne purent pas rembarquer.

Sources :
Francis Sallaberry : Aquitaine allemande ,Quand hitler bétonnait la cote Basque.
Andre Pintat :"L'opération Myrmidon" Société de science et de littérature de Bayonne
Archives de la Société de science et de littérature de Bayonne congrès de 1999.
Andrew Maines ,avec qui je suis en relation, dont le père,Hugh Maines, faisait parti du Commando N°1
IGN



Dernière édition par Eric L le Lun 11 Juin 2012 - 21:14, édité 2 fois

Erwan


Admin
Admin
Super boulot de de recherche et de synthèse sur ce débarquement ! j'adore ! Very Happy

En complément, le rare document que j'ai dégoté à Londres sur le sujet !! j'ai dû mal cherché !!???

c'est une photo des microfiches !! drunken silent



Dernière édition par Erwann le Mar 12 Juin 2012 - 6:23, édité 1 fois


_________________
     Bordeaux - Aquitaine 1940 - 1944, Une région en guerre     
http://bordeaux3945.forumaquitaine.com

Eric L


Bonsoir,

Salut,

Sympa la microfiche ,c'est clair qu'avoir ce genre de documents entre les mains doit procurer une émotion particulière.
J'attends toujours une réponse du PRO anglais ,je leur ai demandé un devis pour copies de 120 pages de document sur l'opération Myrmidon.
Incluant texte,raports,photos aériennes d'époque etc.
Le P.R.O ,c'est le Public Record Office.Les archives nationales. >> kew gardens
Les cotes qui m'intéresse sont DEFE 2/336 et DEFE 2/367 ,elles ne sont pas sur support informatique.
http://www.nationalarchives.gov.uk/catalogue/browser.asp?CATLN=3&CATID=4243&POSCATLN=6&POSCATID=367000

Eric

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum