BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944
Bienvenue sur ce forum

Welcome on this forum

Willkommen in diesem Forum

Benvenuti in questo forum
BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944

Occupation libération Patrimoine militaire fortifié Archéologie urbaine Images d'hier et d'aujourd'hui Témoignages


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944 » BORDEAUX, LA VIE QUOTIDIENNE EN TEMPS DE GUERRE » LIVRET 10/11 : EPHEMERIDES DE QUATRE ANNEES DE GUERRE » Les évènements de 1943 » Mardi 2 février 1943

Mardi 2 février 1943

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Mardi 2 février 1943 le Mer 6 Fév 2013 - 19:56

Erwan


Admin
Admin
Le KDS requiert l'assistance de la gendarmerie française pour encadrer le transfert de 107 personnes internées au camp de Mérignac. 4 autres personnes (prisons allemandes ?) rejoignent les déportés pour former le "convoi du 2 février 1943" qui s'ébranle depuis la gare Saint Jean.


_________________
     Bordeaux - Aquitaine 1940 - 1944, Une région en guerre     
http://bordeaux3945.forumaquitaine.com

2 Re: Mardi 2 février 1943 le Mer 24 Avr 2013 - 16:34

Eric L


Un petit site :
http://webetab.ac-bordeaux.fr/Etablissement/ClgJeanZayCenon/concoursresistance/campdemerignac.html

Pour ceux qui peuvent aller sur place :

http://gael.gironde.fr/ead.html?id=FRAD033_IR_71W#!{%22content%22:[%22FRAD033_IR_71W_e0000023%22,true,%22%22]}

3 Re: Mardi 2 février 1943 le Jeu 25 Avr 2013 - 7:18

Erwan


Admin
Admin
Niveau de descriptionIntitulé de l'unité documentaireDate de l'unité documentaireDescription physique
71 W art. 1-56 ; 3515 W art. 1-9
Fonds
Fonds du camp d'internement de Mérignac-Beaudésert
1940-1946
Document d'archives

Sur
demande des autorités allemandes du 25 octobre 1940, il est créé, par
arrêté préfectoral du 11 novembre 1940, à Mérignac au lieu dit
"Beaudésert", un camp destiné à réunir tous les nomades du département.
L'emplacement
choisi, situé à 11 kilomètres de Bordeaux, desservi par le tramway,
avait été le siège d'une blanchisserie pendant la Première Guerre
mondiale. Des constructions de cette ancienne blanchisserie, seules
restaient des plates-formes en béton qui servirent à édifier les
premiers baraquements du camp.
Très vite, sont internés à Mérignac les "étrangers indésirables" signalés par les autorités d'occupation.
À
compter du 21 mars 1941, y sont transférés les prisonniers politiques
arrêtés en vertu de l'application du décret du 18 novembre 1939 et
regroupés depuis le 22 novembre 1940 dans un immeuble réquisitionné
situé au 24 quai de Bacalan, à Bordeaux.
Le camp
est alors divisé en deux sections ayant une administration distincte,
mais sous gestion préfectorale. Les dépenses résultant de l'internement
des étrangers indésirables sont imputées sur les crédits d'occupation.
Au moment du regroupement, le camp compte 7 baraquements ainsi répartis :
- 3 pour les internés (1 de 30 mètres pour 50 hommes et 2 de 17 mètres pour 30 hommes chacun) ;
- 1 pour le corps de garde et le bureau de 17 mètres ;
-
1 pour le magasin, le bureau du directeur du camp des étrangers dans
lequel est aussi installé le réfectoire des internés (pouvant recevoir
jusqu'à 99 hommes) ;
- 1 réservé aux malades,
avec bureau pour le médecin, salle d'attente, vestiaire, local pour les
médicaments et infirmerie pour 20 lits ;
- le dernier baraquement est réservé aux cuisines.
Des
constructions nouvelles furent mises en place très rapidement : dès la
fin de l'année 1941, la section des internés politiques et de droit
commun comprit 8 baraquements, exclusivement destinés aux internés
hommes, et la section des étrangers, juifs ou marché noir, 6
baraquements. En quelques mois, le camp passe de 7 à 32 baraquements.
Les
21 baraquements du camp d'Eysines ont été édifiés, en 1940, sur les
crédits du service des réfugiés et sinistrés. Il est situé à 300 mètres
environ du bourg, sur la route du Médoc (route départementale n°7), à 10
kilomètres au nord-ouest de Bordeaux. Le 12 octobre 1944, il est mis à
la disposition du directeur du centre de séjour surveillé de Mérignac.
Cette annexe est uniquement affectée à l'internement des femmes. Le 20
novembre 1945, le camp d'Eysines est mis à disposition du ministère des
Colonies et occupé par la 2e légion des travailleurs indochinois en instance de rapatriement.
Dissous
le 10 décembre 1945, conformément à la circulaire du 17 novembre
précédent, le camp de Mérignac est alors mis à disposition du directeur
régional des dépôts des prisonniers de l'Axe. Par arrêté du 21 juin
1946, la réquisition du terrain est mutée au profit du ministère du
Travail et de la Sécurité sociale. Il devient alors, jusqu'au 15 mai
1948, un centre régional d'immigration, géré par l'Office national
d'immigration. Enfin, jusqu'en 1953, plusieurs familles de sans-logis
s'y abritent (48 familles au 20 janvier 1953).
En
1949, le nombre approximatif d'internés pendant l'Occupation au centre
de séjour surveillé de Mérignac a été estimé à 8730 personnes par le
cabinet du préfet.
Une plaque commémorative a été apposée au lieu-dit Beaudésert, à l'emplacement du camp, en 1985.

Présentation du contenu
Le
fonds conservé sous la cote 71 W contient tous les documents produits
directement par l'administration du camp. Il couvre tant la période de
l'Occupation et celle de la Libération pour ce qui concerne les
thématiques liées à la gestion du camp (comptabilité,
ravitaillement...). En revanche, le fonds est lacunaire en ce qui
concerne les internés et notamment ceux de la période de Guerre.
Enfin, une liasse concerne le camp de Saint-Martin-de-Ré.

Entrée du camp d'internement de Mérignac (photographie conservée sous la cote A 7, fonds du cabinet du préfet), novembre 1941






LE CAMP DE MERIGNAC

1941-1944



Entrée du camps de Mérignac : archives départementales.







Le camp était situé au lieu dit «
Beaudésert » à environ 11 kilomètres de Bordeaux, sur l'ancien
emplacement d'une blanchisserie américaine démolie après la 1° guerre
mondiale. Il a été construit vers le 8 novembre 1940 .Il était destiné à
l'internement des communistes du Sud-Ouest et de « droits communs ».
Mais auparavant il avait accueilli des nomades et des Juifs qui furent
ensuite transférés dans des camps d'Indre-et-Loire (LA LANDE et LA
MOLLERIE).







Le 2 juillet 1942, sur la demande
de la Police de Sûreté Allemande, des Juifs des deux sexes âgés de 16 à
45 ans y seront détenus.






La police allemande exige aussi
l'aménagement de l'annexe du Camp de MERIGNAC située Quai de Bacalan le
camp principal ne pouvant recevoir un effectif important. De juillet à
novembre 1942, 459 Juifs seront transférés à Drancy puis déportés.

C'est le préfet de la gironde qui a
reçu un ordre du commandant allemand de Bordeaux qui prescrit que les
tziganes séjournant sur les territoires occupés sont à conduire dans
un « camp de concentration sous la surveillance des forces de la police
française »

.





Carte Postale adressée à un interné le 12-7-1942 et censurée.

http://www.apra.asso.fr/Camps/Fr/Camp-Merignac.html





Toutes les photographies sont extraites du mémoire de Peter Gaida sur le camp d'internement de Mérignac 1940-1944.


_________________
     Bordeaux - Aquitaine 1940 - 1944, Une région en guerre     
http://bordeaux3945.forumaquitaine.com

4 Re: Mardi 2 février 1943 le Jeu 25 Avr 2013 - 7:26

Erwan


Admin
Admin
J'aime beaucoup la photo de la chambrée "modèle" avec la carte du monde punaisée sur le mur ...
> Par ailleurs, j'ai d'autres photos inédites sur ce camp dans ma photothèque mais je ne suis pas en mesure de les mettre aujourd'hui ... Patience !
>> Ensuite, il est question du camp d'Eysines et de Mérignac ... Ce sont bien deux camps différents dont le premier servit dès 36 pour accueillir les réfugiés espagnols puis en 1940 les prisonniers noirs de l'armée française ... et enfin à la Libération, il a servi pour y interner les femmes notamment collaboratrices

>> Le sujet est ici >> http://bordeaux3945.forumaquitaine.com/t474-construction-du-camp-d-eysines?highlight=eysines


_________________
     Bordeaux - Aquitaine 1940 - 1944, Une région en guerre     
http://bordeaux3945.forumaquitaine.com

5 Re: Mardi 2 février 1943 le Jeu 25 Avr 2013 - 11:31

Eric L


Photo surement destinée aux services de la croix rouge ou autre propagande...

J'avais déjà vu cette photo du dortoir mais est ce vraiment une photo faite sur le vif ou bien une mise en scène cherchant à faire croire que les conditions de détentions étaient bonnes voir excellentes ?
Éclairage en plein jour, nombre de couverture , fenêtres ouvertes, une multitudes de petits objets de la vie ...
On peut justement se poser la question à propos de la carte du monde qui ne peut qu’insister a penser a s'évader...

Ceci dit par rapport à Gurs les baraques sont plus spacieuses et confortables , on y voit de l'éclairage , il y a des fenêtres et la surface "utile" pour chaque détenu semble plus importante.
A Gurs : Pas d’électricité donc d'éclairage, pas de fenêtre mais volets occultant si-bien que l'hiver si on voulait de la lumière dans la baraque on y faisait aussi rentrer le froid , surface utile réduite à 2,4m² par détenu . La construction est plus légère , l'étanchéité des toitures à Gurs est faite de carton bitumé ici à Mérignac on voit de la tôle ondulée.
Les 428 baraques de Gurs on été montées en 42 jours !

6 Re: Mardi 2 février 1943 Aujourd'hui à 4:02

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum