BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944
Bienvenue sur ce forum

Welcome on this forum

Willkommen in diesem Forum

Benvenuti in questo forum
BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944

Occupation libération Patrimoine militaire fortifié Archéologie urbaine Images d'hier et d'aujourd'hui Témoignages


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944 » BORDEAUX, LA VIE QUOTIDIENNE EN TEMPS DE GUERRE » LIVRET 10/11 : EPHEMERIDES DE QUATRE ANNEES DE GUERRE » Les évènements de 1943 » Jeudi 23 septembre 1943

Jeudi 23 septembre 1943

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Jeudi 23 septembre 1943 le Dim 22 Sep 2013 - 16:17

Erwan


Admin
Admin
André Grandclément, chef de l'OCM est arrêté à Paris le 19 septembre ... et présenté au sous-lieutenant Dhose au SD du Bouscat le 23 septembre 1943. 


Pour rappel : Source Wikipedia !

>>
1939
À la déclaration de guerre, bien que réformé à 100 %, il obtient d’être déclaré « bon pour le service ». À la fin de l'année, il rencontre Lucette Tartas qui a eu un fils, Christian, né vers 1930 de son premier mari, Philippe Rigou.
1940
En février 1940, il rejoint son unité, le 5e R.I.C.. En mai, il s'illustre dans les Ardennes, lors de la bataille de Stonne, et il est cité à l'ordre de la division pour son action3. À l’armistice de juin 1940, il est pendant quelque temps proche de la position collaborationniste de Vichy4. Fin août, son unité étant démobilisée, il retourne à Bordeaux et reprend ses activités dans les assurances.
1941
Si Grandclément est anticommuniste, la politique servile de Vichy à l’égard des Allemands finit par l’écœurer. Il tourne définitivement le dos à la Révolution nationale et entre dans la Résistance, comme le fera plus tard le colonel de La Rocque.
1942
Au printemps 1942, Alain Boyau lui propose, au nom du général Jouffrault (son oncle) et au nom de Marc O'Neill (son ami d'enfance), de devenir le chef du réseau de Résistance Organisation civile et militaire (OCM) pour la région B, c’est-à-dire le sud-ouest. Entré en résistance sous le nom de guerre de « Bernard », il est chargé, pour ses débuts, de prendre contact avec tous les petits groupes épars dans la région et de les rassembler au sein d'une organisation qu'il baptise « France vivra ». En octobre, il engage comme secrétaire une cousine de Lucette, Arlette Caussé, pour la faire échapper au STO.
1943
Le 20 janvier 1943, il épouse Lucette Tartas. Claude de Baissac, chef du réseau SCIENTIST du SOE, est informé par France Antelme de l'existence à Bordeaux de la très forte organisation de résistance, dirigée par Grandclément et désireuse de recevoir armes et matériel. Le contact est établi et l'entente vite réalisée : Grandclément apporte ses groupes et ses contacts avec l’OCM, et Claude de Baissac apporte les moyens du SOE, c'est-à-dire les armes qu'il fait venir d'Angleterre par parachutage. En avril, l'appartement de Grandclément, cours de Verdun, devient un véritable salon où se retrouvent, pour parler de résistance entre amis, de Baissac et Lise de Baissac, Roger Landes (opérateur radio de SCIENTIST), Jean Renaud-Dandicolle, Jouffrault père et fils, Charles Corbin, Roland Chazeau, Maleyran, Charles Hayes.
En juillet 1943, un de ses adjoints, Christian Fossard, est arrêté par le commissaire Poinsot, qui le livre à Friedrich Dohse, le chef de la Gestapo à Bordeaux. Fossard parle et livre notamment l'adresse de Grandclément. À la fin du mois, les Allemands découvrent le fichier des membres du réseau, ce qui provoque de nombreuses arrestations. Grandclément, alors à Paris, échappe au coup de filet. Le 19 septembre, Grandclément est finalement arrêté à Paris et transféré à Bordeaux. Dohse l'interroge et lui montre ce qu'il sait depuis la chute du réseau Prosper-PHYSICIAN. Constatant son anticommunisme viscéral, Dohse propose à Grandclément un pacte : qu'il livre les dépôts d'armes et ses hommes arrêtés seront libérés. Couvert par son chef, le lieutenant Kunesh, Dohse accorde quelques heures de liberté à Grandclément pour convaincre ses subordonnés. Charles Corbin « Police » accepte. Roger Landes y est opposé. Grandclément propose d'informer l'OCM et Londres. Il envoie Marcel Defence auprès de Marc O'Neill. La réponse, condamnant Grandclément, ne viendra que bien plus tard, en juillet. L'accord est appliqué : des stocks d'armes sont livrés. Une centaine d'hommes sont libérés et des arrestations prévues sont annulées. Grandclément négocie avec Dohse la transformation de ses réseaux en « maquis blancs » destinés à lutter non plus contre les Allemands mais contre les communistes après le départ des troupes allemandes.
En octobre, le colonel Rollot, à Alger, envoie le DMR Claude Bonnier « Hypoténuse ». En novembre. Dohse accorde à Grandclément un nouveau jour de sortie, au cours duquel il fait connaître la demande de Dohse de rencontrer son successeur, le commandant Eugène Camplan5, en vue de préparer une rencontre entre le colonel Machule, chef du KdS de Bordeaux, et le général Giraud. En décembre, deux émissaires se rendent en Algérie, avec l'accord tacite de Dohse, afin de soumettre le projet de pacte à l'approbation du général de Gaulle.
1944
En janvier 1944, le pacte est soumis au général de Gaulle, qui le refuse et fait emprisonner les émissaires. Le 4 juillet, Londres envoie un message par la BBC : « Attention, Grandclément, Noël et Renaudin sont des traîtres ». Le 28 juillet 1944, Grandclément, sa femme Lucette, son adjoint Marc Duluguet, sont exécutés par des agents britanniques et résistants français, sur ordre de Roger Landes, dit « Aristide », devenu chef du réseau ACTOR du SOE depuis mars.


_________________
     Bordeaux - Aquitaine 1940 - 1944, Une région en guerre     
http://bordeaux3945.forumaquitaine.com

2 Re: Jeudi 23 septembre 1943 le Mar 24 Sep 2013 - 13:58

bonzillou


Bonjour

Dominoque Lormier a consacré un ouvrage à Grandclément :

L'affaire grandclément aux éditions Sud Ouest

Il y est stipulé que Dohse aurait menacé Grandclément d'envoyer sa femme faire le bonheur des soldats allemands en repos à Berlin.....

Si je me souviens bien l'assassinat de Grandclément a eu lieu à Belin beliet alors qu'il circulait en voiture avec sa femme, voiture conduite par le jeune Duluguet (que je qualifierais plutôt d'homme à tout faire que d'adjoint...)

Pascal

3 Re: Jeudi 23 septembre 1943 le Mar 24 Sep 2013 - 17:21

Erwan


Admin
Admin
Celui ci est plus récent (1996) ... mais également dâté puisque pour ceux que celà intérésse, le dossier "Grandclément" est disponible depuis deux ans aux archives de Londres ... et également auprès de votre serviteur au prix de 0,30 la page ...


Grandclément Traître ou bouc émissaire ?
René Terrisse

S'il existe un événement qui a marqué l'histoire de la résistance pour le grand sud ouest, c'est bien l'affaire Grandclément.
Ainsi depuis la libération, cette affaire a belle et bien diviser aussi bien les milieux résistants que la communauté historienne.
André Grandclément, chef de l'OCM (organisation civile et militaire) de la région de Bordeaux (la région B) a t'il été un traite qui non content de dénoncer l'ensemble de son réseau aurait, par anti-communisme primaire, conclu un pacte avec le diable, en l'occurrence Friedrich Dohse de la Sipo-SD de Bordeaux. Il aurait ainsi livré des dépôts d'armes contre la libération d'un nombre certain de résistants emprisonnés.
 
Pourtant René Terrisse, dans son livre présenté ici, atténue quelque peu les faits. Oui Grandclément aurait livré des dépôts mais seulement ceux déjà connus des nazis et seulement cela, donc aucun résistants. Il explique aussi qu'il se serait sacrifié pour la cause réussissant, entre autres, après cinq jours d'incarcération à alerter ses hommes du danger, pratiquant ouvertement un double jeu, évitant déportation et nouvelles arrestations...
L'affaire, commencée en septembre 1943, ne se terminera que le 27 juillet 1944 par exécution de Grandclément, de sa femme et de Marc Duluguet, résistant accompagnant le couple, par un groupe armé de Roger Landes dit "Aristide", chef du SOE pour la région Bordelaise, et sur ordre de Londres.
Mais pourquoi exécuter Grandclément alors qu'il devait être évacué sur Londres.
Pour l'auteur plusieurs possibilités qui ne sont que des hypothèses:
"1-Grandclément"aurait"reproché à"Aristide"de ne pas avoir vu l'intérêt français dans les questions de parachutages, et d'avoir ainsi armé uniquement les groupes sous sa coupe.
2-Grandclément"aurait" été exécuté parce qu'il connaissait l'existence de certains contacts entre le SOE et le SD, voire même l'Abwehr.
3-Grandclément"aurait"été exécuté parce qu'"Aristide", après avoir épousé après la guerre Ginette Corbin,"aurait"voulu couvrir Charles Corbin, devenu son beau-père, de sa collusion avec la gestapo.
4-L'idée initiale d'"Aristide" était bien de mener Grandclément à Londres, mais qu'il "se serait"ravisé lorsqu'il constata que Grandclément connaissait certains dessous et ses agissements exacts."
 
Alors Grandclément, traître ou bouc émissaire ?
 


_________________
     Bordeaux - Aquitaine 1940 - 1944, Une région en guerre     
http://bordeaux3945.forumaquitaine.com

4 Re: Jeudi 23 septembre 1943 le Mar 24 Sep 2013 - 18:27

bonzillou


sans oublier les luttes d'influence entre maquis et réseaux pour la préparation de l'avenir sachant que Bordeaux et la région seraient bientôt libérées.

Grandclément et Roger Landes travaillent pour Londres, mais tous les maquis situés à l'est de Bordeaux (Périgord, Nord Gironde, Lot et Garonne) sont tenus par les FTP, donc à consonnances communistes.

Il est envisageable que grandclément se sachant grillé parmi les siens ait cherché des soutiens ailleurs, avec toujours en vue la prise de Bordeaux et la succession administrative de la région.

D'ailleurs De Gaulle atérira bientôt sur le sol girondin pour régler tout ceci....

5 Re: Jeudi 23 septembre 1943 le Mer 25 Sep 2013 - 18:34

Erwan


Admin
Admin
La défense de Bordeaux organisée par le gouvernement de Vichy en prévision du départ des allemands pour éviter que la ville tombe aux mains des communistes est abordé dans le tome 14 ...

Bravo pour votre interêt pour cette affaire majeure de l'histoire bordelaise ! Je dois avouer que c'est un pan de la vie bordelaise que je n'ai pas étudié ! Merci donc pour vos éclairages !


_________________
     Bordeaux - Aquitaine 1940 - 1944, Une région en guerre     
http://bordeaux3945.forumaquitaine.com

6 Re: Jeudi 23 septembre 1943 Aujourd'hui à 2:58

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum