BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944
Bienvenue sur ce forum

Welcome on this forum

Willkommen in diesem Forum

Benvenuti in questo forum
BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944

Occupation libération Patrimoine militaire fortifié Archéologie urbaine Images d'hier et d'aujourd'hui Témoignages


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BORDEAUX-AQUITAINE 1940-1944 » L'AQUITAINE » LA GIRONDE » Le bassin d'Arcachon » Ar 47 Les Gaillouneys / GRAMASA

Ar 47 Les Gaillouneys / GRAMASA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Ar 47 Les Gaillouneys / GRAMASA le Lun 1 Sep 2014 - 9:44

Erwan


Admin
Admin
A VOIR ICI >> http://www.sudouest.fr/2014/08/30/dans-le-secret-des-blockhaus-sous-marins-1655606-1504.php
[size=13][size=13]
Dans le secret des blockhaus sous-marins  [size=16]jean-denis renard


VIDEO - L’érosion a envoyé par le fond une batterie complète aménagée en 1943 et 1944. Ses éléments ont été répertoriés par une équipe d’archéologues plongeurs.

Marc Mentel a l’habitude de plonger depuis trois décennies sur le site des Gaillouneys. Ici sur le blockhaus 646, qui protégeait un puits et une citerne. © Photo
PHOTOS LAURENT THEILLET









Au vu du paysage marin qui déroule ses fastes depuis la dune du Pilat, on a peine à croire qu'il y a soixante-dix ans, les passes du bassin d'Arcachon étaient hérissées de canons de l'armée allemande. Le temps a fait son œuvre sur le mur de l'Atlantique, qu'aucun soldat allié n'a eu besoin d'escalader dans ces contrées. La batterie des Gaillouneys - du nom de la maison forestière de l'autre côté de la dune - a maintenant disparu sous les flots.
L'ensemble était fort de 18 blockhaus, répartis sur environ 500 mètres de linéaire. Ils verrouillaient l'entrée sud du Bassin. Seul l'un d'entre eux est encore totalement découvert à marée basse - par un coefficient de marée de 60, la moyenne. Trois autres barbotent dans le clapot, à l'étale de basse mer, comme des récifs de bord de plage. Le reste ? Immergés à une dizaine de mètres de profondeur, les énormes blocs de béton et de ferraille ne sont plus troublés par les déferlantes depuis des années, voire des décennies.
BIODIVERSITÉ
Des abris à faune
Les chasseurs sous-marins connaissent souvent les blockhaus, qui abritent une faune très riche et très variée. Celle-ci y est fixée par la grande diversité des espèces. Le béton a été colonisé par des murs d’anémones bijoux et d’anémones marguerites et par toute la gamme des crustacés : étrilles, dormeurs, araignées de mer, homards etc. Au hasard des cavités, on trouve aussi des seiches, des congres, des raies torpilles, des poulpes, des hippocampes, des crevettes bouquets, des tacauds etc.

Pour en embrasser la réalité, il faut être plongeur. Et, de préférence, se pencher sur la carte exhaustive du site, publiée il y a quelques jours par le Gramasa (Groupe de recherches archéologiques sur le mur de l'Atlantique secteur Arcachon) et vendue dans quelques magasins spécialisés. Il s'agit de la mouture actualisée d'un travail qui avait connu son premier aboutissement il y a dix ans, en 2004. Un travail de titan aquatique, affiné au fil de 300 relevés. Tout ou presque y figure : les coordonnées GPS des casemates, leur architecture intérieure, la distance qui les sépare, les points les plus et les moins profonds au droit de chacune des structures, etc.

La plongée dans les archives

Le Gramasa, installé à Gujan-Mestras, sur la rive sud du Bassin, est l'artisan majeur du dévoilement de ces fortifications, « le complexe immergé du mur de l'Atlantique le plus important identifié à ce jour en Europe », selon Marc Mentel, son président. Il y a une quinzaine d'années encore, ces bunkers sous-marins étaient livrés aux jeux des passionnés et/ou des farfelus, ils n'étaient pas l'objet d'une science bien établie. « On en sait moins sur ces constructions que sur le moindre détail des châteaux forts. Ou des villas gallo-romaines », s'étonne toujours Marc Mentel.
L'intéressé a longtemps traqué le poisson autour des abris de béton des Gaillouneys, sans en saisir les dédales. Il a appris à plonger il y a trente ans sur ces masses sombres qui émaillent les fonds. C'est en mémoire de Denis Sirven, plongeur émérite avec lequel il a longuement palmé sur les lieux, qu'il a décidé de remédier aux lacunes sur le sujet.
En 1998, il s'y est attelé avec toute la rigueur méthodique du professeur de physique-chimie qu'il est, dans l'eau mais surtout sur la terre ferme. Il s'est mis en quête de tous les documents qui avaient trait aux ouvrages défensifs du Bassin, par exemple aux archives de la Marine nationale à Rochefort, en Charente-Maritime, comme au siège du service historique de la Défense, à Vincennes en banlieue parisienne. Il a aussi déniché de vieilles photos aériennes auprès de l'IGN, l'Institut de l'information géographique. Le Graal ? Les plans allemands, sur lesquels il a enfin mis la main.
Il a validé ces plongées dans la paperasse en vérifiant in situ avec Laurent Prades, un autre adepte des profondeurs contaminé par le virus. Depuis cet épisode et la publication de la première carte, le Gramasa n'eut de cesse d'accumuler les connaissances historiques. Sur les systèmes de fixation des canons à l'intérieur des casemates, par exemple. Le Département des recherches archéologiques sous-marines, le Drassm - un service de l'État - a appuyé ses recherches. La station marine d'Arcachon de l'université Bordeaux 1 aussi. Des études et des fouilles ont été diligentées. Leur apport permet aujourd'hui à une nouvelle carte de voir le jour. « Mais on ne sait encore rien ! », tempère Marc Mentel.

Une érosion spectaculaire

L'examen attentif des photos aériennes a reconstitué le travail de sape de l'érosion. La dune a reculé au fil des ans, elle a abandonné les blockhaus sur la plage avant qu'ils ne plongent dans la passe. « Après-guerre, le recul a été d'environ 17 mètres par an en moyenne pendant vingt ans. Le trait de côte s'est avéré plus stable par la suite. Il y a aussi eu des phases de réengraissement de la plage », résume Marc Mentel. Issue des données du Gramasa, l'infographie ci-contre retrace ces oscillations erratiques. C'est une tendance, pas un relevé effectué selon un protocole scientifique incontestable.
Celle-ci illustre néanmoins la problématique générale de l'érosion du rivage, en Aquitaine comme en Charente-Maritime. Mais elle procède aussi d'une situation très particulière. À la sortie du Bassin, où le courant latéral à la plage est puissant, la dégringolade sous-marine des bunkers a sans doute modifié le jeu normal des éléments. Le sable a tendance à s'amasser en conche au nord des blockhaus alors que le sud, proche de la plage du Petit Nice - bien connue des Bordelais - est de plus en plus décapé.
Si cette dynamique se poursuit, viendra probablement le jour où toutes les casemates auront rejoint le monde du silence. Mais elles resteront accessibles aux plongeurs, les forts courants les préservant de l'ensablement. Et elles seront à jamais colonisées par la vie, des anémones aux congres, bien loin de leur mission d'origine.
[/size][/size][/size]


_________________
     Bordeaux - Aquitaine 1940 - 1944, Une région en guerre     
http://bordeaux3945.forumaquitaine.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum